Mon accouchement

Publié le par Merhand Claire

Ce fût rapide et douloureux.
Tout a commencé à 4h30 du matin. Réveillée par un phénomène que je n'identifierai que plus tard - la perte des eaux - et quelques contractions douloureuses, je réveille par la même occasion mon tendre époux. N'ayant pas compris (il est très tôt) que j'ai perdu les eaux, nous nous demandons si c'est ou non une fausse alerte. Au bout d'une demi-heure, le doute n'étant plus permis, contractions toutes les 5 minutes, nous réveillons mes beaux-parents pour qu'ils viennent récupérer Nora. Pendant le temps interminable de l'attente, je me coule dans un bain. D'après la sage femme de la maternité que nous avons appelée, il n'est pas nécessaire de me dépêcher. Seulement voilà, je ne me prélasse pas longtemps dans l'eau car mes contractions sont passées à 3 minutes. Aïe!
Enfin, mon beau-père arrive. Mon mari finit de préparer les affaires de Nora que nous réveillons. Puis il s'habille et nous voilà parti. Il est 6h passé.
A 6h15, nous sommes au 5ème étage de la maternité. Arrivé à l'accueil, contraction. On me demande ma carte vitale, deuxième contraction. Et c'est le branle-bas de combat.
On m'installe illico en salle de travail, prise de sang et examen du col de l'utérus: dilatation 6cm. On me transporte aussitôt en salle de naissance, çà s'agite autours de moi. Contractions toutes les minutes, je n'ai pas le temps de souffler. A la sage femme qui me tient la main je dis un peu désespérée: "je n'aurais pas de péridurale". Elle me répond évidemment "non". La douleur est presque permanente. J'ai l'impression que çà dure des heures alors qu'une demi-heure seulement est passée. Je crie aussi fort que je peux et sous les exhortations de la sage femme et de mon mari, de temps en temps, je prends sur moi et je respire. C'est dur mais je suis contente quand j'y arrive. Le souvenir de l'accouchement de Nora m'aide beaucoup. Et puis vient l'heure fatidique de la poussée. Avant, je pensais avoir mal mais en fait ce n'était rien comparé à ce qui m'arrive. Mais en même temps, je le sens sortir de moi et c'est une sensation extraordinaire. A un moment la sage femme m'a dit d'arrêter de pousser et plus tard, mon mari me dira que c'était parce que mon bébé avait le cordon autours du cou. Et puis une dernière poussé et mon petit ange est sur mon ventre. Il est beau. Je demande à mon mari ce que c'est et là il m'annonce que nous avons un fils. Je suis sur un nuage. Oubliée pour un temps, la douleur. Il n'y a que moi, mon mari et mon petit garçon.

Publié dans Titouan

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article